PHYSIOLOGIE DU NEURONE
Cours

La myélinisation

Les fibres nerveuses (les axones très souvent, les dendrites beaucoup plus rarement) sont parfois recouvertes d'une gaine de myéline  isolante constituée d'une spirale à tours jointifs de membrane plasmique particulièrement riche en lipides (cholestérol, phospholipides, glycolipides) qui leur permet d'augmenter la vitesse des signaux électriques qu'elles véhiculent. On distingue ainsi :

  • des fibres amyéliniques (dépourvues de myéline) dont la vitesse de conduction n'excède pas 2,3 m/s,

  • des fibres myélinisées dont la vitesse de conduction, proportionnelle à l'épaisseur de myéline, peut atteindre 120 m/s.

[Dans la pratique les vitesses de conduction sont toujours exprimées en m/s et non en m.s -1 comme le voudraient les actuelles recommandations de la Conférence internationale des poids et mesures.]

Le processus de myélinisation démarre au cours de la vie intra-utérine et se poursuit plusieurs années après la naissance ce qui explique que certaines fonctions du système nerveux ne soient matures que tardivement. À l'inverse, il peut s'opérer au cours de la vie un processus de démyélinisation à l'origine de la sclérose en plaques, une maladie neurodégénérative impliquant les cellules gliales.

La production de myéline est en effet assurée par les oligodendrocytes au niveau central et par les cellules de Schwann au niveau périphérique.

  • Dans le névraxe, chaque oligodendrocyte émet plusieurs prolongements membranaires de manière à myéliniser les axones (plusieurs dizaines) qui se trouvent à sa proximité. Il s'ensuit que la gaine de myéline est régulièrement interrompue, laissant l'axone à nu au niveau de courtes régions qui portent le nom de nœuds de Ranvier (du nom de l'histologiste français Louis-Antoine Ranvier qui les a décrits à la fin du dix-neuvième siècle – on parle également d'étranglements de Ranvier).

  • Dans les nerfs, le processus de myélinisation est un peu différent. Chaque cellule de Schwann commence par entourer complètement une portion de fibre nerveuse et l'enveloppe ensuite de plusieurs tours de sa membrane. La gaine de myéline est donc ici encore régulièrement interrompue par des nœuds de Ranvier, l'intervalle entre chaque nœud correspondant au territoire de myélinisation d'une cellule de Schwann.

Enfin, signalons que dans le système nerveux périphérique, les fibres amyéliniques ne sont pas nues mais qu'elles sont encapsulées dans des cellules de Schwann non myélinisantes qui leur servent de support. Chaque cellule abrite plusieurs fibres sans qu'elles soient complètement enveloppées, ce qui leur permet de rester en contact avec le milieu extracellulaire.

Propriétés électriques du neurone (page suivante)Les prolongements cytoplasmiques (page Précédente)
AccueilRéalisé avec SCENARI