PHYSIOLOGIE DU NEURONE
Cours

Les prolongements cytoplasmiques

Dendrites et axone sont des expansions du cytoplasme qui permettent au neurone d'entrer en relation avec :

  • d'autres neurones (synapses interneuronales),

  • des récepteurs sensoriels (synapses neurosensorielles),

  • des cellules musculaires ou glandulaires (synapses neuro-effectrices).

Leur longueur, fonction de leur localisation, est donc extrêmement variable, allant de quelques micromètres à plus d'un mètre chez l'Homme (par exemple pour les axones issus des cornes ventrales médullaires qui innervent les muscles des doigts ou des orteils) et peut même atteindre plusieurs mètres chez des espèces comme la Girafe ou la Baleine.

Plusieurs critères morphologiques, ultrastructuraux, biochimiques et fonctionnels permettent de les différencier.

  • L'axone est toujours unique mais il peut émettre des collatérales qui lui permettent de distribuer ses messages dans différentes directions. Son cytoplasme (parfois dénommé axoplasme) est dépourvu de ribosomes. Il contient un peu de réticulum endoplasmique lisse, des mitochondries, des microtubules et de nombreux neurofilaments orientés selon son axe directionnel. Ses extrémités se terminent par une arborisation faite de petits renflements (les boutons synaptiques) qui, pour la plupart, sécrètent des neurotransmetteurs à l'origine de la transmission synaptique. Il est par ailleurs animé d'incessants transports de substances envésiculées qui lui permettent de renouveler ses matériaux (transport axonal antérograde du soma vers la périphérie) et d'éliminer ses déchets (transport axonal rétrograde de la périphérie vers le soma).

  • Les dendrites sont généralement courtes, nombreuses et s'organisent en rameaux qui s'amenuisent au fur et à mesure qu'elles s'éloignent du périkaryon. Elles contiennent des mitochondries, du réticulum endoplasmique lisse, de nombreux microtubules et sont riches en ribosomes ce qui leur permet d'effectuer la synthèse d'une partie de leurs protéines. Certaines d'entre elles présentent parfois à leur surface des milliers de petites excroissances cytoplasmiques dont la taille n'excède pas 2 µm, qui sont dénommées épines dendritiques et qui sont généralement le siège d'un contact synaptique. C'est par exemple le cas des neurones pyramidaux du cortex cérébral ou de l'hippocampe (une structure jouant un rôle dans la mémoire).

La myélinisation (page suivante)Le corps cellulaire (page Précédente)
AccueilRéalisé avec SCENARI